Le samedi 16 juillet 2016 à l’Hôtel les Almadies, 400 nouveaux diplômés du CESAG en Licence, Master et MBA ont reçu leur parchemin. 

 

La cérémonie s’est déroulée sous la présidence ef- fective de M. Mor NGOM, Ministre Conseiller du Président de la République du Sénégal, en présence de M. Cheikh BAKHOUM, Directeur Général de l’Agence De l’Informatique de l’Etat (ADIE) et du Directeur Général du CESAG, Pr. Boubacar BAIDARI. 

400 nouveaux diplômés du CESAG

Dans son allocution d’ouverture, le Ministre Conseiller du Pré- sident de la République, M. Mor NGOM, s’est félicité du chemin parcouru par le CESAG, institution de renforcement des capaci- tés incontournables en matière de formation en management. « Nous avons besoin de ressources humaines pour développer nos pays et CESAG nous le sert bien», mentionnait-il, et de poursuivre : «L’Afrique a besoin de ressources humaines de qualité parce que nous sommes un continent où les compétences distinctives nécessaires ne sont pas encore acquises» disait-il. Pour illustrer ses propos, le Ministre Conseiller a cité l’assertion d’un philosophe qui disait : «montre-moi la qualité de ta jeunesse, je te dirais l’avenir de ton pays ». Prenant l’exemple du Sénégal, le Ministre Conseiller estime que «le Plan Sénégal Emergent (PSE) ne pourrait se réaliser concrètement sans des ressources hu- maines de qualité».

M. Cheikh BAKHOUM, Directeur Général de l’ADIE, quant à lui s’est dit honoré de participer à la manifestation. Il a offert un lot d’ordinateurs comme contribution à la réussite des étudiants.

Le Directeur Général du CESAG, Pr. Boubacar BAIDARI, tout en remerciant le Ministre Conseiller du Président de la République du Sénégal, et M. Cheikh BAKHOUM, Directeur Général de l’Agence De l’informatique de l’Etat (ADIE), pour leur présence, a souligné la satisfaction et l’adaptabilité des formations dispensées au CESAG. Il a déclaré que l’institution continuera toujours à former des citoyens actifs et responsables, participant pleinement au développement économique du continent africain. «Les pays africains doivent développer des concepts qui soient propres à l’environnement du continent. Selon lui, les outils dé- veloppés en France, aux Etats-Unis, au Canada sont certes bons mais ne sont pas toujours adaptés au contexte africain» disait-il. En terminant son allocution, Pr. BAIDARI a félicité les récipien- daires en les exhortant à respecter le label CESAG tout au long de leur carrière professionnelle et d’appliquer les valeurs d’éthique et de professionnalisme dans leur milieu de travail.