• (221)33 839 73 60
  • Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
VISITE DU VICE-PRESIDENT EN CHARGE DES RH BANQUE MONDIALE

Visite du Vice-Président de la Banque Mondiale en charge des Ressources Humaines au CESAG

Le Vice-président de la Banque mondiale chargé des ressources humaines, Ousmane Diagana a incité les étudiants de différentes écoles supérieures de formation, réunis au Centre Africain des Etudes Supérieures de Gestion (CESAG) autour du thème : « Perspective de carrière au Groupe de la Banque mondiale », au travail, car, se convainc-t-il, «l’économie qui se mondialise, demande des compétences ». Une manière pour lui, de les ouvrir les portes de l’institution financière.

M. Ousmane Diagana

Le Vice-président chargé des ressources humaines de la Banque Mondiale
« En ma qualité de Vice-président de la Banque mondiale chargé des ressources humaines, mon rôle est de recruter les compétences dont nous avons besoin dans le cadre de notre travail, de développer ces compétences, de les mettre là où il faut pour que la mission d’aider les pays à combattre et éliminer l’extrême pauvreté et créer les conditions pour qu’une prospérité partagée soit atteinte », précise-t-il, d’emblée. Et Ousmane Diagana de poursuivre : « donc, je me ferais le devoir, dans ce contexte là, lorsque je suis en tournée, d’aller toujours dans les universités ou les écoles de formation pour échanger avec les étudiants de la mission de notre institution, des valeurs de notre institution mais aussi des opportunités qui existent au niveau de notre institution pour les (étudiants) inciter à considérer qu’ au terme de leur formation, une possibilité de carrière à la Banque mondiale. Les discussions de ce matin m’ont, déjà, confortées de l’impression que j’avais du CESAG. Non seulement, c’est une école de formation mais aussi, c’est une école d’excellence. Parce que les questions qui ont été posées et les observations qui ont été faites, prouvent ceci à suffisance ».

Cette déclaration faite, le Vice-président de la Banque mondiale chargé des ressources humaines bat en brèche les allégations consistant à faire croire que seuls les fils d’anciens ministres ou d’anciens agents qui ont la possibilité de travailler à la Banque mondiale. « Cette allégation n’est pas exacte, elle est fausse. La Banque mondiale met en avant la méritocratie, la compétence. La sélection est rude, il faut être parmi les meilleurs. Moi, en entrant dans la Banque mondiale, je ne connais personne. J’ai déposé mon dossier et participé à la compétition comme tout le monde. L’essentiel, il faut travailler pour se donner les moyens d’être parmi les meilleurs », rectifie-t-il. Avant d’ajouter que « la raison d’être de la Banque mondiale consiste à changer la donne en vue de trouver des solutions aux problèmes de développement. Il s’agit, dès lors, d’ouvrir les portes de l’institution financière mondiale à plus d’experts africains ». D’autant plus, révèle-t-il, « seuls 12,5 ou 13% du personnel de la Banque mondiale sont originaires de l’Afrique au Sud du Sahara ». Un pourcentage qu’il juge encore faible. C’est ainsi que le Vice-président de la Banque mondiale chargé des ressources humaines Ousmane Diagana dit initier un programme consistant à amener des jeunes africains à travailler au niveau de la structure financière pendant 2 ou 3 ans afin qu’ils deviennent des experts capables de relever le défi du développement au niveau de leur pays respectif. D’après lui, la Côte d’Ivoire a béni l’idée. Des jeunes ivoiriens seront à la Banque mondiale dès l’année prochaine. Le Sénégal s’est engagé, également, dans le projet. A sa suite Moustapha Ly un autre expert sénégalais à la Banque mondiale demande les étudiants à parfaire leur anglais car tous les entretiens se font dans cette langue.
Vous cherchez un Programme de Formation ?

THE WORLD BANK

  • La BIRD prête aux pays à revenu intermédiaire et aux pays pauvres solvables.
  • L'IDA octroie des crédits sans intérêts et des dons.
  • L'IFC soutient l'investissement privé et fournit des services-conseil.
  • La MIGA offre des services d'assurance contre les risques politiques (garanties).
© 2019 | CESAG - Boulevard du Général DE GAULLE | B.P 3802 Dakar | Tél : (221)33 839 73 60 | Fax : (221) 33 821 32 15 |